La pratique d’Ilanit Illouz sur l’image est traversée par la question du récit, toujours appréhendé par le biais du hors champ ou de l’ellipse. Son travail développe des processus de reproductions photographiques et mécaniques parfois inédits, comme autant d’opérations temporelles. Elle s’appuie sur des procédés qui répondent au travail réitéré d’arpentage, d’enquête, d’observation, qui révèlent autant qu’ils effacent, où la mémoire est physiquement mise à l’épreuve. Ses réflexions se déploient dans un langage plastique et formel ouvert à l’interdisciplinarité des médiums. Elle expérimente actuellement de nouveaux procédés techniques qui s’emploient à la dégradation de l’image autant qu’à sa révélation. En croisant ces approches théoriques, géographiques et plastiques, elle développe une ré exion sur l’histoire sociale, politique et économique, sur la trace et la disparition.

Diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (2005), elle a exposé dans différents lieux tels que,
le Parc-Culturel de Rentilly, le Centre Photographique d’île-de-France (CPIF) ou le Centre d’art de la Ferme du Buisson. En 2019 elle a participé aux expositions collectivesLa Vérité n’est pas la Vérité ? à la Maison Bernard Anthonioz (MABA), Some of us, an overview on French Art Scene au Kunstwerk Carlshütte à Büdelsdorf (Allemagne) et à Lignes de vies – Une exposition de légendes au MAC-VAL.

Elle présentera en 2020, Les dolines à l’Institut pour la photographie de Lille, en partenariat avec le CRP/.